© Philippe RIZZOTTI

© Philippe RIZZOTTI

Plan

World War II Museum

2012   Architecture

Notre proposition de Musée de la Seconde Guerre Mondiale à Gdansk tresse étroitement trois idées : L’idée d’un bâtiment à l’enveloppe ajourée comme les frondaisons d’une forêt chargée de tragédies individuelles, et cependant porteuse d’espoir en un renouveau de la liberté. L’idée d’une figure très rectiligne dont la densité se disloque peu à peu : l’ordre excessif montré comme une contrainte portant en elle sa propre perte.

 

L’idée de la mémoire rongée, que l’on extrait du fond de l’oubli, et qui s’élève au-dessus des tourments bouleversants pour porter témoignage.

 

Un témoignage digne, vaste et morcelé, comme cette vision architecturale s’élevant avec humilité (jamais elle n’excède vingt mètres) au-dessus du sol de Poméranie.

 

En s’alignant sur la rue Stara Stocznia et en répartissant au rez-de-chaussée de sa façade principale l’accès autonome à certains éléments phares du programme non muséographique (grand auditorium, cinéma, club, résidence hôtelière, restaurant panoramique, café du musée, boutique), le projet fait naître une succession d’adresses attrayantes et parachève la création d’un nouveau quartier vivant dans la ville.

Les formes de ce projet confrontent la rectitude de la géométrie classique (euclidienne) à une nouvelle géométrie de la fragmentation à toutes les échelles : la géométrie fractale. Depuis les motifs de la façade jusqu’au plan des salles d’exposition, en passant par les terrasses du jardin ou le mobilier muséographique, le recours à cette géométrie du morcellement naturel à l’infini nous a semblé ici infiniment naturel.

 

Ce principe trouve son application la plus innovante dans la façade : original dans son ensemble et dans ses détails, un motif fractal tridimensionnel généré par informatique sculpte la résille comme une pièce d’orfèvrerie – selon un procédé éprouvé à petite échelle, mais jamais encore à cette envergure.

 

La finition irisée de la résille en aluminium enveloppant l’édifice lui confère une sensibilité exceptionnelle aux variations de climat et de lumière naturelle ; variations qui le font vivre d’autant plus dans le paysage urbain.

 

«Chaque bribe de souvenir arrachée à l’oubli devient sacrée.»
Jean Guitton

Maîtrise
d’œuvre
PRA
Situation
Gdańsk, Pologne
Budget
45 M€
Études
Concours
Équipe
Philippe Rizzotti, Marc Pelé
Maîtrise
d’ouvrage
Ville de Gdańsk
Programme
Musée, bureaux, observatoire et restaurant
Surface
12 500 m²
Statut
Non retenu
Partenaires
Ameller & Dubois (mandataire)