© Cédric HENRY

© Cédric HENRY

Schéma général

Principe de construction

Schéma énergétique

Village vertical

2010   Prospective

La réflexion entamée sur la reconversion des viaducs ne peut se faire sans une attention particulière au contexte dans son sens le plus large et toutes ses composantes visibles autant qu’invisibles. Il s’agit ici de prendre conscience du potentiel du site, l’intégration du projet dans le paysage bien sûr, comme être à l’écoute de toute les composantes qui constitue le milieu dans lequel s’inscrit le projet.

 

Il est également important de s’imprégner de l’époque dans lequel s’inscrit ce projet, la prise de conscience de phénomènes mondiaux beaucoup plus vaste que la seule région de Calabre peut permettre d’influer autant que de développer l’échelle locale, tout en répondant aux enjeux contemporains et globaux du développement durable.

 

La problématique est ici d’offrir de nouveaux scénarios à ces ouvrages d’art.
Ces viaducs, peuvent, soit s’adapter pour se plier à une continuité programmatique calabraise, ou alors impulser un nouvel élan en profitant de cette réhabilitation atypique pour ouvrir de nouvelles perspectives à la région. C’est cette deuxième solution que nous avons eu l’ambition de développer.

 

Nos choix ont été pesés, mûris et réfléchis afin de répondre pragmatiquement et de proposer un scénario riche, efficace et plausible. Le projet se veut ambitieux autant qu’audacieux, tant sur la forme architecturale développée que sur le programme proposé.

 

Les viaducs, déssinés par Pier Luigi Nervi, disposent de qualités intrinsèques, les voies automobiles sont très bien connectés puisqu’il s’agit d’une ancienne autoroute. Le potentiel de charge des ponts est supérieur à la normale car cette infrastructure était anciennement destiné à un fort trafic.

 

Les ponts, par leurs structures même de pile/tablier, recherche le plus grand franchissement possible avec la plus grande économie de matière, il en résulte un impact limité sur le paysage en rapport à la dimension de l’ouvrage.
Le site dans lequel ils s’inscrivent disposent également de qualités inhérentes, on peut noter une vue imprenable sur la mer Tyrrhénienne mais également la situation inédite de s’inscrire dans un milieu naturel préservé et totalement déconnecté, les seuls voies étant aériennes.

 

Plusieurs indices révèlent également quelques spécificités majeures de ce lieu. La présence de l’Etna témoigne d’une forte activité volcanique avec un effleurement du magma, on peut donc en déduire un fort potentiel géothermique.

 

La présence de la culture de la bergamote témoigne également d’intéressantes particularités. Avec près de 95% de la production mondiale de cet agrume dans la Calabre et compte tenu de sa fragilité (rapport à l’hygrométrie nécessaire et aux écarts de température très réduits qu’elle exige), le climat de la région apparaît dès lors comme l’un des plus tempérés au monde.

 

Le projet ne consiste pas ici à provoquer une forme pour ce programme qui prendrait alors le risque de l’intégration et par là même de l’inadaptation, il s’agit plutôt ici de forcer le trait des puissances en présence sur le site. Nous ne pouvons qu’imaginer le temps qu’ont mis de tels ouvrages comme ces viaducs pour définitivement s’imposer et faire parti du paysage. Nous en proposons la métamorphose.

 

La morphologie des viaducs et notamment des piles inspirent à créer des villages verticaux. Il s’agit dès lors de renforcer la forme existante conservée afin d’en limiter l’impact visuel autant que son emprise au sol. Le projet peut dès lors prendre la forme d’un second viaduc qui consoliderait le premier, un vestige archéologique contemporain discourant avec son double qui l’enveloppe et le restructure afin de lui offrir un second souffle.

 

Une succession de pavillons avec jardins se superposent les uns sur les autres, la typologie banale du pavillon dans une nouvelle dimension combinant à la fois le bénéfice du pavillonnaire isolé mais également tous les avantages de l’immeuble collectifs (proximité, mutualisation, etc.), la vue dégagée sur la mer en sus pour tout le monde.
Le tablier est quand à lui renforcé par une enfilade de commerces, d’équipements, de centres médicaux ou de loisirs. La partie supérieure des tabliers est consacrée à une promenade piétonnière d’agrément sur l’un des ponts, mais reste dédiée à l’automobile sur l’autre. La communion qu’établie l’infrastructure avec le lieu dans lequel elle s’inscrit, devrait être suffisamment efficace pour établir une qualité de vie élevée et responsable à un niveau environnemental.

Maîtrise
d’œuvre
PRA (mandataire)
Situation
Calabre, Italie
Budget
40 M€
Études
Concours
Équipe
Philippe Rizzotti
Maîtrise
d’ouvrage
Reggio Calabria
Programme
Urbanisme
Surface
24 000 m²
Statut
Non retenu
Partenaires
Samuel Nageotte Architectures, OFF Architecture